Résultats CLM 2019

pour ceux qui ont enregistré leur parcours sur Strava, voici les résultats ainsi que les analyses :

Pour ceux qui ont fait le 2018 (dans l’autre sens) :

Analyse :

Comme l’an dernier je vais prendre le parti pris d’être l’étalon (sans mauvais jeu de mots, je sais que Flora les aime (les jeux de mots) ). Les courbes comparées de ceux que j’ai pour le moment sont ci-dessous.
L’analyse de l’an dernier peut être consultée dans cet article : http://www.eg-triathlon.fr/2018/02/19/resultat-du-contre-la-montre-du-18-02-2018/
Le principe est simple : En noir votre ligne de temps et en violet l’écart de temps avec la mienne. Lorsque je suis en dessous de votre ligne, vous êtes en avance, au dessus, je prends de l’avance.

Analyse générale

D’une manière générale vous êtes tous partis plus vite que moi. Ensuite certains ont perdu cette avance de façon quasi linéaire (gestion d’effort comparable mais puissance différente) et d’autres se sont effondrés.

Il est important, surtout de ne jamais s’effondrer, c’est signe de mauvaise gestion et le préambule à des difficultés en course à pied. Le vélo est la partie la plus stratégique car un bon coureur qui arrive épuisé à la fin de son vélo ne sera jamais en mesure de prendre sont rythme habituel. Pire encore, n’étant pas habitué à courir à cette cadence, il s’épuisera encore plus vite.

Eric

Effort comparable au mien. Le temps qui nous sépare augment linéairement. Il y a juste une différence de puissance normale car je suis plus avancé dans ma préparation qu’Eric (mais tiendrai-je jusqu’au bout, la route est longue d’ici juin ?).
On note cependant des petits pics de perte de temps sur la fin des côtes et une accentuation de la courbe suite à la bosse du km 8. Attention à lisser son effort sur les parties difficiles.

https://www.strava.com/segments/19988875/compare/NTUyNDM5ODkyOTMsNTUyNDM1NjY3MjI=

La vitesse chute un peu après le démarrage mais le vent rendait la tâche difficile

https://www.strava.com/activities/2188086023/analysis/2/656

Alexis

Sensiblement la même gestion qu’Eric donc les mêmes remarques + un effondrement sur la toute fin dans la côte (le mental ?).

https://www.strava.com/segments/19988875/compare/NTUyNDM5ODkzOTAsNTUyNDM1NjY3MjI=

https://www.strava.com/activities/2187996705/analysis/1/367

Fréquence cardiaque un peu chaotique sur la fin. Difficile dans les bosses ?

 

Stéphane

Un peu plus chaotique que les deux premiers efforts. L’avance est pourtant stable sur une première partie mais ensuite il y a un relâchement qui se voit aussi sur la fréquence cardiaque. Besoin de récupérer après l’effort de la cote où l’avance s’est encore accrue? A l’entame d’une bosse, si vous attaquez, il faut être capable d’encaisser cet effort, cela se traduit par la capacité à accélérer dans la descente ou le plat qui suit (c’est là que l’effort sera le plus efficace pour un triathlète). A l’entrainement on se met une « mine » dans la côte parce que cela fait travailler, mais en course (encore une fois surtout pour un triathlète) ce n’est pas une bonne habitude.

Un autre point de gestion pour les triathlètes : on constate au km 14 une perte de temps de Stéphane qui s’accroit en haut de la cote car mon effort est régulier jusqu’au bout, ensuite j’en perds de nouveau avant d’en regagner. C’est là un parti pris de ma part de ne pas accélérer directement et de manière très appuyée en sortie de bosse, juste le temps de la digérer et de reprendre un effort puissant mais progressif jusqu’à la fin. En effets les efforts brutaux sont difficiles à encaisser et compromettent la suite. Le travail du cycle suivant (intensité) et de la phase d’affutage doivent permettre d’acquérir cette capacité à encaisser la bosse, minimiser le temps de récupération et avoir cette capacité à relancer rapidement.

https://www.strava.com/segments/19988875/compare/NTUyNDM5ODk3OTEsNTUyNDM1NjY3MjI=

https://www.strava.com/activities/2188184167/analysis/1/808

Emmanuel

Même topo que pour Stéphane avec une gestion qui semble un peu chaotique. Il y a un démarrage sans doute un peu trop rapide, dans le sens où tu as pris le parcours c’est tentant évidemment mais ensuite il y a une cassure nette dans la première cote, ensuite un premier palier puis une deuxième et, paradoxalement un gain de temps dans les cotes suivantes; Tu as du être aidé par le vent cette année ! Mais cela ne suffit pas car l’an dernier j’ai accéléré sur la fin de course et là on voit qu’il te manque un peu de jus car la courbe grimpe très vite, d’ailleurs la vitesse chute également (il y a un peu de cote).

https://www.strava.com/segments/17028245/compare/NTUyMTg0OTg4NDgsMzUxMTY0OTU2Mjk=

https://www.strava.com/activities/2187774822/analysis/13/286

Flora

Et le meilleur pour la fin. Une courbe comparée linéaire, quand bien même le fait que je sois parti raisonnablement et accéléré à la fin. C’est ce que Flora a fait, cela se voit également sur la courbe de fréquence cardiaque. Autrement dit elle a placé sont effort sur la fin et ce malgré qu’il avait débuté avant la cote du lac. Une vitesse qui reste stable après le faux plat en descente derrière les bosses donc bien encaissé. Globalement une bonne gestion sans s’affoler. En tri, penser tout de même à faire redescendre le cardio un peu avant l’arrivée car la transition est toujours difficile pour le corps.

https://www.strava.com/segments/19988875/compare/NTUyNDc4NzkwMTAsNTUyNDM1NjY3MjI=

https://www.strava.com/activities/2188865565/analysis/1/2380

 

Laisser un commentaire